Témoignages

Impressions des parrains et marraines

15.12.2015

Notre séjour à Katmandou du 13 novembre au 2 décembre

Marianne de Sacy

A première vue, du taxi qui nous emmène de l’aéroport à l’hôtel, la ville ne semble pas trop dévastée par le séisme. Impression trompeuse : nombre d’immeubles encore debout sont en réalité vidés de leurs occupants car fragilisés. La catastrophe prend toute son ampleur à Durbar Square où quelques uns des temples les plus remarquables sont réduits à des tas de gravats, mais le plus odieux est de découvrir comment l’on vit dans les ruelles loin des regards des touristes : conditions sordides, misère entre des murs lézardés, sous des tôles et des bâches.

A Camille Hostel aussi, nous avons été effrayées par les conditions dans lesquelles se trouvent Sushi, les petites et les grandes. Bien qu’elles affichent un stoïcisme inébranlable et une bonne humeur permanente, nous ne pouvons accepter qu’elles vivent dans une telle promiscuité pendant encore longtemps : une longue structure en bambou, tôles et bâches de plastique a été construite par Yam, Sushi et les grandes dans le jardin potager. Certes, ils sont à l’abri, mais il fait bien froid la nuit. Les filles dorment à 14 sur les lits superposés placés le long des murs ; au centre l’espace libre est occupé la nuit par les 5 grandes qui y déplient leurs matelas. Yam, Sushi et leurs enfants logent dans une petite pièce annexe. Un grand auvent a été bricolé (bambou, plastiques) pour abriter les jeux.

Le bâtiment en dur ne sert plus que pour faire la cuisine et les devoirs. Les Népalais, en général - et nos filles en particulier - craignent de dormir dans les étages. Il s’avère d’ailleurs que le home ne possède pas des planchers très solides (béton peu armé). Le propriétaire n’attend que notre départ pour raser l’ensemble des bâtiments autour de la cour et en faire un centre commercial. La mère du propriétaire y stocke ses meubles et dort dans une tente à côté.

Plus de pétrole, plus de gaz ! La solution pour rouler est d’acheter l’essence au marché noir et pour cuisiner le petit réchaud à bois ou la plaque électrique….quand il n’y a pas de coupure de courant. Les médicaments se font rares, les opérations sont repoussées faute de poches plastiques pour stocker le sang, les menus des restaurants ont rétréci comme peau de chagrin : seuls quelques plats ne demandant pas de longues cuissons sont proposés.

Nous avons vu les grandes dans la cour préparer un petit feu de sciure de bois dans un réchaud de fortune ; quelle ingéniosité pour faire marcher ce petit feu ! Sur un autre réchaud, quelques morceaux de charbon de bois et des bûchettes….et le dal bat sera quand même cuit pour le soir ! Nous avons autorisé Sushi à s’acheter des plaques de cuisson électriques et à fournir aux mamans des fillettes des petits réchauds, électriques ou à bois selon ce qu’elles désiraient. Elles sont venues les chercher à NCH ce qui nous a permis de les saluer.

A Prithwi School aussi il faut faire la cuisine au bois et la cuisine a été installée sur une terrasse en plein air.

Le bois est acheminé en ville des forêts environnantes ; on peut imaginer que cette emprise nouvelle sur les forêts va conduire à une déforestation encore plus importante. Par ailleurs les prix de toutes les marchandises ont terriblement augmenté : nourritures, bois, restaurants, taxis etc… Pour les touristes, les Népalais se débrouillent pour les contenter grâce au marché noir.

Pour reloger les filles de Camille Hostel, il ne faut pas compter trouver un autre grand bâtiment en bon état dans une ville dévastée.

La solution passe donc par la construction de préfabriqués sur un terrain loué pour laquelle il ne faut pas de permis de construire. Et c’est là que votre générosité lors de l’appel aux dons fin avril trouvera son plein emploi, utile et directement attribuée aux enfants népalais.

Un agrément signé avec le propriétaire suffira mais il devra être soigneusement étudié : construction possible, aménagements pour eau, électricité, aménagement de l’accès, remblai ou égalisation du terrain éventuellement, creusement d’un puits, possibilité de déménager les préfabriqués au terme du temps du bail (en aucun cas ils ne doivent devenir propriété du bailleur). Nous avons visité 4 terrains avec Sushi. Deux pourraient peut-être faire l’affaire ; ils se situent au nord-ouest de KTM, au-delà de la Ring Road mais avec accès bus et ramassage scolaire. A suivre.
Supprimer NEL_10-1521194853366.jpg

Le Parrainage

Une action engagée

Le parrainage est un contrat moral, un véritable engagement face aux espoirs que ces enfants mettent en nous, une magnifique aventure humaine et une rencontre à nulle autre pareille... Ce n’est pas uniquement une question d’argent. C’est aussi pour ces enfants une façon de retrouver des liens privilégiés et un équilibre indispensable pour un développement harmonieux.

Tout au long de la scolarité, les parrains et marraines reçoivent des nouvelles de leurs filleules et correspondent avec elles. Ils peuvent les rencontrer. C’est même un bonheur de leur rendre visite!

Aidés par notre équipe locale, nous nous engageons à maintenir le contact.

Nous offrons deux possibilités :

En france, vos dons et parrainages donnent droit à une réduction d'impôt dans la limite de 66% des sommes engagées.

Dons

Un soutien indispensable

Vous ne désirez pas vous engager sur le long terme, vous trouvez le parrainage trop contraignant?

Vous pouvez également contribuer au bien-être de tous les enfants en effectuant des dons réguliers ou ponctuels.

Ils sont indispensables pour financer la scolarité d’enfants n’ayant pas de parrain ou marraine, aider les familles les plus démunies, payer les frais médicaux de nos filleules, les sorties scolaires, la construction du nouveau home parasismique, etc.

  • FRANCE

    Siège social :
    Népal Enfance et Lumière
    Marianne de Sacy
    110, Bd de Feletz, Bat. I
    F-19600 Saint-Pantaléon-de-Larche
    +33 5 55 86 11 18

    Trésorerie :
    Bernadette Combe-France
    434 Allée des Acacias
    F-42210 Bellegarde en Forez

    Crédit Mutuel
    Compte no 00010497204
    IBAN : FR 76 1027 8371 7200 0104 9720 461
  • SUISSE

    Népal Enfance et Lumière
    Av. de Rumine 48
    CH-1005 Lausanne
    +41 21 311 58 08


    Banque Cantonale Vaudoise
    IBAN : CH24 0076 7000 R542 2291 0